Yann Queffélec et Alan Stivell à Paris pour défendre la Bretagne réunifiée

Publié dans Artistes et personnalités

REGIONS – Plusieurs personnalités bretonnes, ont accompagné des parlementaires à l’Assemblée pour défendre le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne.

Ils ne lâchent rien. Mercredi, plusieurs personnalités bretonnes, dont l’écrivain Yann Queffélec et le chanteur Alan Stivell, sont venues à l’Assemblée nationale défendre le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne dans le cadre de la réforme territoriale. Une manière de faire pression sur les députés. Pour l’instant, le projet de réforme territoriale annoncé par le gouvernement prévoit le statu quo pour la Bretagne et les Pays de la Loire. Il n’accorde pas non plus « le droit d’option », soit la possibilité pour un département de sortir d’une région pour se rattacher à une autre.

Mercredi, les artistes et parlementaires de gauche et de droite ont ainsi répondu à l’appel de Bretagne réunie, association qui milite pour la réunification des cinq départements bretons. Lors d’une conférence de presse, chacun a expliqué sa position, et défendu « l’exception culturelle bretonne ». « Le retour au pays du département de la Loire-Atlantique est une évidence ! Nantes est bretonne! », a-t-il lancé. En revanche, l’idée d’une fusion de la région Bretagne avec celle des Pays-de-la-Loire, serait « contre-productive et incohérente ».

Manifestation samedi à Nantes

« Comment croire que le breton serait sauvegardé par les Sarthois ? », a renchéri Alan Stivell, le chantre de la musique celtique pour qui la séparation de la Loire-Atlantique de la Bretagne, décidée en 1941 par le gouvernement de Vichy, a été « un crime ». Pour la romancière Irène Frain, « c’est la géographie qui a façonné l’identité bretonne, du menhir au numérique ». Au nom de l’association « Produire en Bretagne » qui réunit 300 entreprises, Christian Guillemot (Ubisoft) a affirmé que la réunification de la Bretagne était « une évidence économique car on a besoin de la marque Bretagne pour exister dans le monde ».

Plusieurs parlementaires « des cinq départements », parmi lesquels le socialiste Jean-Pierre Le Roch, ont promis de se battre au cours du débat en séance pour réunifier la Bretagne. « Ce serait un comble » si le statu quo persistait, a jugé l’écologiste nantais François de Rugy. « Tous les députés UMP soutiendront une Bretagne à 5 », a assuré le député des Côtes d’Armor Marc Le Fur.

Une grande manifestation est prévue samedi à Nantes, à 14 h devant la préfecture. La plupart des organisations comme les Bonnets rouges, 44=Breizh ou Bretagne réunie ont appelé au rassemblement. Ils prévoient également d’installer un bureau de vote « pour que chacun puisse se prononcer sur cette question qui engage les citoyens pour plusieurs générations. »

Lire l’article sur metronews.fr