Communiqué de presse de Christian Guyonvarc’h

Publié dans Le monde politique, Ils construisent la Bretagne

De l’utilité d’être uni, pour la réussite de la Bretagne, ci-joint un communiqué de presse relatant avec justesse les “trahisons” de notre organisation territoriale..

Le comité de rédaction


 

Christian Guyonvarc’h


Communiqué de presse 
Brest, le 15 mai 2015 

Exportations de l’usine Synutra de Carhaix vers la Chine par le port de Brest ou celui de Nantes-St-Nazaire ? Le véritable décisionnaire avec Synutra, c’est l’Etat ! 

Les ports de commerce de Brest et de Nantes-St-Nazaire (site de Montoir-de-Bretagne) sont en compétition pour exporter vers la Chine la production de lait infantile de la future usine Synutra à Carhaix. Bien que deux fois plus éloigné que Brest du site de production, le port de Loire-Atlantique semblait jusqu’à présent avoir la préférence du PDG de Synutra. Question de taille peut-être vu de Chine (le trafic de Nantes-St-Nazaire est 10 fois celui de Brest). La délégation d’élus finistériens et de la Région Bretagne qui vient de se déplacer en Chine s’est efforcée de convaincre l’investisseur chinois de faire un autre choix. L’avenir nous dira si elle y est parvenue. 

Toujours est-il que cette compétition entre ports de commerce met en lumière un découpage administratif aberrant qui joue contre les intérêts économiques de la Bretagne occidentale. En effet, faute d’une Bretagne réunifiée, le port de Nantes-St-Nazaire développe une stratégie commerciale qui ignore les intérêts bretons. La Région Bretagne, propriétaire depuis 2008 des ports de Brest, Lorient et Saint-Malo, s’efforce de mettre en œuvre une politique portuaire équilibrée qui préfère les complémentarités aux concurrences stériles. Effort louable quand on sait que la Région, au budget très limité, a hérité de l’Etat des infrastructures portuaires dégradées et parfois obsolètes. Mais cette stratégie cohérente et raisonnable trouve ses limites quand le trafic global des trois ports en question n’atteint pas le tiers de celui de Nantes-St-Nazaire. 

C’est d’autant plus vrai quand on sait que le port de Nantes-St-Nazaire, lui, est resté un établissement public de l’Etat. Si les exploitants du Grand Port (nouvelle appellation officielle) de la Basse-Loire se sont positionnés auprès de Synutra pour emporter le marché au nez et à la barbe des Finistériens, c’est forcément avec l’assentiment du donneur d’ordre qu’est l’Etat. Il faut savoir que la gouvernance des ports de commerce décidée par l’Etat a prévu une coordination entre les ports atlantiques de Nantes-St-Nazaire, La Rochelle et Bordeaux (Conseil de coordination interportuaire de l’Atlantique) mais nullement entre le port de Nantes-St-Nazaire et les autres ports bretons ! 

C’est donc bien entre l’Etat et la direction de Synutra que se prendra la décision finale. Comment mieux signifier l’échec de la promesse présidentielle d’une vraie régionalisation qui avait suscité tant d’espoirs en Bretagne en 2012 ? Plus que jamais, pouvoir décider en Bretagne, dans une Bretagne réunifiée, est la réponse aux besoins de l’économie bretonne.

Christian Guyonvarc'h

Christian GUYONVARC’H 
Adjoint au maire de Guipavas, délégué aux finances 
vice-président de Brest Métropole, délégué à l’urbanisme réglementaire et commercial 
Conseiller régional de Bretagne, rapporteur général du budget