Economie bretonne et lutte contre l’exclusion : les ApérÔbreizh

Publié dans Ils construisent la Bretagne

Economie bretonne et lutte contre l’exclusion. Karl, entrepreneur social, monte les ApérÔbreizh



Source : Breizhbook

Bonjour Karl, pourrais-tu te présenter ?

Bonjour Corentin, je m’appelle Karl POINSON, j’ai 41 ans, pacsé, deux enfants et habite le vignoble nantais breton. Après quelques expériences professionnelles diverses et variées mais toujours guidées par mes passions, et suite à un licenciement, j’ai eu le besoin de faire un point sur l’orientation que je souhaitais donner à ma vie professionnelle. J’ai donc réalisé un bilan de compétences qui m’a permis d’y voir plus clair et surtout fait ressortir mon caractère d’entrepreneur social. Reboosté, j’ai donc décidé de mettre mon expérience professionnelle au service des autres, mais étant « fonceur » il fallait que j’associe ma femme et des amis qui me connaissent très bien, car j’ai le caractère bien trempé et qui savent « tempérer » mes ardeurs et la machine à idée que j’ai dans le crâne.

Fin 2014, nous avons donc crée une ONG, au départ intitulée NO Waste (pas de gâchis en anglais), avec comme mission d’apporter notre contribution à la lutte contre la précarité, la pauvreté et l’exclusion, et pour être honnête à une échelle un peu présomptueuse. Finalement et de façon pragmatique, nous avons décidé de restreindre cette échelle et rester dans notre périmètre « affectif » la Bretagne historique, ce qui est déjà largement suffisant.

Qu’est ce que sont les apérÔbreizh et quels sont les objectifs ?

Les apérÔbreizh sont les rendez-vous mensuels, dernier jeudi du mois, des membres de notre club de partenaires entrepreneurs humanistes bretons. Car pour financer nos actions, en tant qu’ONG nous refusons les subventions et donc il nous fallait trouver d’autres sources de revenus, car sans argent les idées aussi belles soient-elles restent au placard.

Nous avons donc crée un Club d’Entreprises partenaires, sur le même modèle que ceux des clubs de sports, mais avec une réelle volonté de mettre en réseau ces partenaires, de favoriser l’économie collaborative, le coworking sur des projets d’envergure et donc participer au développement des entreprises partenaires avec toujours cette idée sous-jacente que favoriser la création d’emploi est la première arme de lutte contre la pauvreté et la précarité.

Déjà un bon nombre d’entreprises de toutes tailles ont répondu à notre appel et/ou ont accueilli positivement notre démarche et parmi elles des références venues des 5 coins de la Bretagne.

Le premier apérÔbreizh se déroulera symboliquement tout en haut de la Tour de Bretagne à Nantes,

le Jeudi 26 Mai entre 18h00 et 21h00 au NID, puis progressivement et selon l’évolution du Club d’Entreprises, nous mettrons d’autres dates dans chacune des grandes villes bretonnes, Rennes, Saint-Brieuc, Brest, Lorient, Vannes, Saint-Nazaire.

Comme j’ai l’habitude de dire, lors de ces rendez-vous, la convivialité, la simplicité et l’humilité sont les valeurs cardinales. Pas de guest-star, pas de badge, pas de costard ou de cravate imposés, chacun vient comme il est, l’essentiel étant de pouvoir échanger, créer de la confiance, et mettre en place des
synergies pour le bénéfice de tous et en ce qui nous concerne des plus défavorisés.

Comment en savoir plus ? Comment vous contacter ?

Ces apérÔbreizh sont ouverts à tous les membres du Club d’Entreprises partenaires, mais également à celles et ceux qui souhaiteraient nous rencontrer avant de s’engager à nos côtés.

Toutes les énergies positives bretonnes sont les bienvenues au Club Breton, et le ticket d’entrée pour intégrer le club d’entreprises est très largement accessible à toutes les bourses, y compris celles des porteurs de projets et de jeunes entreprises de moins de 3 ans.

Pour en savoir plus, elles peuvent me contacter directement au 07.85.87.21.05 ou par courriel à

karl.poinson@breizh-united.bzh et se rendre sur notre site www.LCB.bzh ou www.aperobreizh.bzh

Merci d’avoir relayé notre appel.

Je me déplace sur toute la Bretagne pour rencontrer et convaincre les entrepreneurs humanistes d’agir à nos côtés pour les plus défavorisés.