Kant sport, Kant giz ; kant parrez, kant iliz (lodenn 1)

Publié dans Le monde sportif

[Version disponible en français]

Ne vez ket komzet kalz e Bro-C’hall eus an doareoù disheñvel d’ober sportoù hervez ar rannvroioù. Diouzh un tu, anat eo da gompren, ne gaver ket kalz a aotreidi ski e Breizh. Diouzh an tu all, penaos kompren e vefe pleustret ken fonnus ar rugbi er broioù keltiek all ha ken nebeut e Breizh evit c’hoazh ? Mare-mare ez eus anv eus savelegezh an natur. Gwir eo a-wechoù, met a-wechoù hepmuiken. Hiziv an deiz, ne intent ket mat ar skiantourien perak n’eus ket eus India ur vroad sportel brudet (1,3 miliard a annezidi ha medalenn ebet pe dost er c’hoarioù olimpek). Er c’hontrol, Australia ‘zo ur vro hag a baot an aotreidi enni. Geoffrey Cladwell a zispleg deomp ez eus ul liamm etre an emskiant broadel hag ar sportoù pleustret. En Australia da skouer, krikediñ pe c’hoari kriked a oa da gentañ tout ur sport graet evit kuitaat ur stad trevadennet1. Dre ar sport e teu a-wechoù ar frankiz. Ar marc’h-houarn eo ar skouer gwellañ. E deroù an ugentvet kantved, ne oa ket deuet mat ar merc’hed a-fourch war ur marc’h-gaol ! Hiziv ez eo difennet ar velo c’hoazh e kalz broioù arabek. Gant ar marc’houarniñ, liz da Hervez Frédéric Héran, eo bet cheñchet tamm-ha-tamm buhez ar merc’hed peogwir e oa ret dezho mont gant bragoù. Gant lezennoù 1892 ha 1909, e voe aotreet merc’hed Bro C’hall da wiskañ bragoù, gant ma « renfent marc’h-houarn pe kezeg ». Ret e voe gortoz ar bloaz … 2012 a-barzh ma teufe ar gwir da glotañ gant ar c’hiz3.

Pal ar pennad-skrid-mañ eo diskouezh peseurt sportoù a vez pleustret e Breizh, muioc’h pe nebeutoc’h. N’eo ket aes atav komprenn traoù ken luziet. Evit a sell mammennoù ar studiadenn-se zoken, omp rediet d’ober gant niver an aotreidi. Padal, an niver-se zo disheñvel-tre diouzh ar wirionez war an dachenn. Da skouer, ret-groñs eo bezañ aotreet evit ar sportoù-splujañ. Met, evit bremañ, n’eus ket ezhomm da c’houlenn konje evit marc’h-houarniñ4. Bep bloaz e spluj 13 milion a dud en ur poull-neuial pe er mor e Bro-C’hall. Met n’eus nemet 289 558 den aotreet. Met ret eo ober gant ar pezh a zo : niver an aotreidi nemetken.

Kartennoù anamorfozet a vo kinniget amañ evit braskompren un dra bennak. Ent teknikel, ar c’harternnoù anamorfozet a zo graet gant niveroù gwir, met cheñch a ra ment an egor hervez pouezh ar roadennoù. Moaien zo evel-se d’ober kartennoù disheñvel ha dudius.

Breizh, bro ar vag-dre-lien

Da gentañ tout, un drederenn eus an dud aotreet e Bro-C’hall  a zo Breizhiz. Evel just, a-feson eo an endro evit bageal-dre-lien. Ar verb goueliañ ne vez ket kavet e galleg. Met implijet e vez ken ha ken e brezhoneg. Evit ur Breizhad, boutin eo merdeiñ, mont war vag pe mont gant ur vag. N’eo ket « prendre la mer » evel e galleg, met mont gantañ, mont d’ar mor, a-wechoù « bezañ » er mor. E-kerzh istor hir hor bro, o deus ranket an dud ober gantañ. A-holl-viskoazh eo bet troet Breizh ouzh ar mor. Rust eo ar mor hag ur bern peñseoù zo bet e Breizh. A-bep-eil ez eo un istor spontus (ar romantoù skrivet gant Per Loti, gwallzarvoud an Amoco Cadiz) pe spletus (galloud ar verdeadurezh a genwerzh e-pad ar XVIIe kantved). Bez ez eus ul liamm donoc’h pe kreñvoc’h etre ar Vretoned hag ar mor. A-raok e oa ret-mat pesketa, brezeliñ, foetañ-bro, kranketa… E-pad ar Grennamzer, diouzh a lavare JC Cassard, ne oa ket ken stank ar boaz, ha gwir eo ez eus bet cheñchamentoù bras hervez ar c’heñtvadoù5. Met atao ez eus bet ul liamm etre pindividezh ar vro hag an doare da d’implijout anezhi. Seul-vui e vez implijet ar mor, seul-vui e tiorren ar vro. Bremañ, n’eus ket ezhomm ken da  dalañ ouzh tarzhioù ar mor dirollet. Emañ niver ar besketaerien war ziskar abaoe pell, o tichalañ… N’eus ket mui ezhomm da gargañ ar gouelioù pe da serriñ al liennoù evit merdeiñ, pesketa pe ober koñvers. Evelato e kendalc’h ar re yaouank, muioc’h-mui, da vezañ «martoloded», pe «tud a vor» en ur mod bennak. E gwirionez ur mor … a dud : 70 000 den aotreet e Breizh diwar un 200 000 bennak e Bro-C’hall.

carte-anamorphose-voile5

Klikit evit brasaat

Gwashañ pezh a zo, n’eus ket tu da gavout niver an aotreidi hervez ar sportoù (kite-seurf, plankenn-dre-lien…). Kadarnaet e vez ar reolenn gant un ezreolenn : sed ar seurf. En abeg d’ur c’hevread emren, e c’heller kartenniñ niver ar seurferien aotreet e Bro C’hall.

carte-anamorphose-surf5

Klikit evit brasaat

Ar wech-mañ, emañ mervent Bro C’hall  e penn ar jeu, dreist-holl en Euskadi met pleustret e vez ar seurf a-hed an aodoù atlantel dreist-holl, ha nebeutoc’h war an aodoù all. Liammet start eo ar pleustr-se ouzh an endro : ar gwagennoù, an houlennoù hag an tarzhioù-mor a rodell aliesoc’h eno. E Breizh e tiorren ar sport-ze abaoe ar bloavezhioù 1970-80 ha kreskiñ a ra buan niver an aotreidi, dreist-holl e departamant Penn-ar-Bed hag er Mor-bihan. Met kavet e vez « free surfeurien » e Breizh ivez (da skouer, tro-dro da dThomas Joncour6). Brudet a-walc’h eo bet « Kanabeach » e-pad ur prantad mat, met kudennoù zo bet gant ar merk breizhek-se7. E Bro-Vask (Euskal Herria), J. P Rafestin da skouer  en deus diskouezet mat penaos  eo bet implijet berzh ar surf gant embregerezhioù zo8. E bro Vendée ivez, ur seurt meizhad sportel a zo bet ijinet tro-dro d’ar sport (ha dreist-holl ar bigi-dre-lien) evit sevel ur skeudenn a-feson. Sellomp ivez penaos he deus cheñchet Groupama he skeudenn maeziat oc’h arc’hantiñ Franck Cammas. Evit ar poent, ne gaver ket ur politikerezh arwerzhouriezh ken stank e Breizh, marteze peogwir ne vez ket ar Vretoned en o bleud gant ar bruderezh.

Evit echuiñ, taolomp ur sell ouzh kartenn an aotreidi kaiak e Bro C’hall. Ur wech ouzhpenn, Breizh zo e penn, dreistmentet eo e-keñver ar pezh e rankfe bezhañ diouzh niver ar boblañs. Stêrioù bihan ha bev zo niverus er vro ha douret mat e vezont a-hed ar bloaz. Met estreget ar spletoù naturel a zo e penn-kont evit displegañ an dibarder-mañ-dibarder. Plijout a ra d’ar Vretoned ar sportoù naturel, pleustret war an dour ha gant red an dour, war ar mor hag gant  ar froudvor, an avel hag an Aotroù Keravel. « Kaout mor hag avel » a vez  troet fall e galleg : aller « contre » vents et marées…

carte-anamorphose-canoe-kayak5

Klikit evit brasaat

A-benn-ar-fin e vefe aes liammañ  spered ar vro ouzh spered an dud. « Ar Vretoned zo ur bobl kalonek ». «N’eus ket poultr war o daoulagad ». Memes pa vez  amzer vrein pe amzer gaoc’h ! Er c’hontrol a wechoù …. Met, hep gouzout perak, bez ez eus pobloù etrekeltiek all ha na blij ket dezho merdeiñ (dreist-holl tud eus Bro Iwerzhon). N’eo ket e vefe gwelloc’h pe wasoc’h ar pezh a vez gwelet e Breizh. Met disheñvel eo.

Ne gomprenomp ket mat perak eo ken diforc’h an traoù. An natur ? Moarvat. An istor ? Hep mar ebet. Da skouer, er XVIIe kantved, « seul vui ma kreske ar gwiaderezh e Breizh, seul niverusoc’h e oa ar bigi a gase danvezioù da bell vro »9. Pinvidik mor ! N’eus ket tu da dreiñ an dro-lavar-mañ e galleg. E spered an dud, ar mor, er vro-mañ, a zo liammet ouzh traoù strujus (da skouer, evit temzañ douaroù an Arvor). Marteze e plij ivez d’ar Vretoned chom penn-ouzh-penn gant ar mor pe gant ar meurvor, e don ar mor pe war an don. E Breizh, kalz skrivagnerien ha kalz arzourien o deus deskrivet al liamm koz-Noe-se etre ar Gelted har ar mor (gwengel Tír na nÓg, mojenn Kêr-Is…). Hervé Hamon a lavare ez eus amañ ur seurt « ezhomm mor »10. Gant ar sport, dreist-holl gant ar bigi-dre-lien, e kendalc’h ar re-yaouank, en un doare disheñvel ha kevrinus awalc’h, d’ober anaoudegezh gant ar bed bras.

Ar bodad skridaozañ.

 

  1. http://unesdoc.unesco.org/images/0005/000508/050814fo.pdf
  2. Héran (F.). Le retour de la bicyclette. Une histoire des déplacements urbains en Europe, de 1817 à 2050, La Découverte, 2015, 256 p.
  3. L’interdiction du pantalon pour les femmes, décret Sénat. https://www.senat.fr/questions/base/2012/qSEQ120700692.html
  4. Cheñch a ra an draoù, da skouer e bro Belgia gant kresk ar velo-tredan : http://www.lalibre.be/actu/belgique/il-faudra-un-permis-pour-les-velos-electriques-5614032335700fb92f7b90dc
  5. Diwar-benn al levr skrivet gant J.-C Cassard, http://books.openedition.org/pur/21407. Da welout, ur rentañ-kont ivez skrivet gant B. Merdrignac

http://www.persee.fr/doc/abpo_0399-0826_1999_num_106_4_4055_t1_0129_0000_1

  1. http://www.spotsurf.fr/2014/01/22/a-la-rencontre-de-thomas-joncour/
  2. http://www.20minutes.fr/rennes/1702383-20151005-bretagne-nouvelle-aventure-kanabeach-vire-fiasco
  3. Augustin (J.-P). Surf Atlantique, les territoires de l’éphémère, Maison des Sciences de l’Homme, Talence, 1994, 272 p. J.-P. Augustin http://www.persee.fr/doc/rgpso_1276-4930_1998_num_2_1_2687. L. Falaix et M. Favory (http://www.persee.fr/doc/rgpso_1276-4930_2002_num_13_1_2785).
  4. Hir (R. an). Dre hent pe hent, Mouladurioù hor yezh, 1990, p. 188.
  5. Hamon (H.). Besoin de mer, Points, Paris, 1987.

Les sports en Bretagne et en France (partie 1)

[An doare d’ober e brezhoneg]

Quelles sont, à l’échelle française, les particularités sportives des Bretons ? Nous avons choisi de proposer différentes cartes par anamorphoses avec, on le sait, des représentations très visuelles. Elles prennent en compte des chiffres réels mais déforment ou si l’on préfère « grossissent » les territoires selon l’intensité des pratiques1.

La source utilisée est la base de données du nombre de licenciés en France établie en 2015 par le Ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. Cette base de données départementale est plus ou moins significative ou exhaustive selon les sports. En effet, le moindre stage de voile, de canoé-kayak ou surtout de plongée encourage ou impose une licence alors que chacun peut aujourd’hui prendre une bicyclette (voire marcher) sans autorisation, ce qui peut évoluer2. On ne cartographie donc ici que les « licenciés », c’est-à-dire les sportifs inscrits dans un club pour pratiquer leur passion3. Il s’agit d’une vue partielle puisque le nombre de licences correspond imparfaitement aux pratiques réelles et ce point est important à souligner4. La géographie étonnante a toutefois le mérite de prendre en compte des sources homogènes sur le territoire et du coup individualise en France des spécificités territoriales très fortes.

Si tous les sports de l’impressionnante base ministérielle ne sont pas représentés, l’enjeu de l’analyse est de présenter des différences significatives et surtout d’essayer de les comprendre. Pourquoi des sports sont très présents dans certains territoires et absents ou très peu représentés dans des espaces voisins ? La présence des jeunes et étudiants à Montpellier suffit-elle par exemple à comprendre la sur-représentation dans l’Hérault du canoé-kayak alors que ce sport est très peu pratiqué dans le Gard ou en pays Catalan ? Pourquoi le rugby est-il si présent dans le sud, notamment bien sûr dans le sud-ouest, et on le verra peine à s’imposer dans toute la France du nord et en Bretagne malgré de récents progrès ? Pourquoi la Bretagne est-elle représentée dans certains sports, notamment pour la voile, le kayak et le vélo, alors qu’elle en délaisse manifestement d’autres ?

Nous verrons tout d’abord les sports sur-représentés en Bretagne, notamment dans ce dossier 1 les sports nautiques (voile, canoë-Kayak, à un moindre degré le surf…) puisqu’il s’agit vraiment d’une singularité atypique loin d’être expliquée par de simples raisons naturelles. Puis nous nous interrogerons sur l’étonnante géographie du cyclisme (dossier 2) puis celle plus homogène du football (dossier 3). Enfin, nous nous interrogerons dans le dossier 4 sur la présence de sports pour l’instant moins représentés en Bretagne (le rugby, le golf, le tennis) en constatant aussi de fortes singularités régionales.

Aujourd’hui, cette comparaison sportive est intéressante en elle-même et illustre des nuances culturelles marquées. Malgré l’essor commun et bénéfique de sports internationaux, les ethnologues ou sociologues peinent à comprendre les différences de pratiques, même s’ils admettent tous que ce sont des marqueurs symboliques, différents choix correspondant à l’histoire et aux traditions complexes des peuples, les renforçant parfois en retour (N. Elias, M. Mauss, W.L. Warner, etc.). On sait que la diffusion de la bicyclette a joué un rôle crucial dans l’émancipation et la libération de la femme, que son usage est encore interdit dans certains pays5. Les enjeux sportifs sont donc aussi des enjeux de société qui ont souvent été peu analysés par les intellectuels en raison « d’une propension très occidentale et factice à dissocier les enjeux du corps de ceux de l’esprit » (G. Caldwell). Enfin, ne pas oublier que ce secteur est aussi stratégique. Aujourd’hui, des pays entiers comme le Qatar abattent la carte du « sport power » et investissent à ce sujet des sommes colossales6. Ces activités sportives sont donc bien sûr ludiques. Elles ont aussi des effets en termes de santé, d’images nationales ou régionales, se traduisent au plan économique, en terme d’emplois, jouent un rôle parfois conséquent pour afficher des « valeurs collectives », les consolident en retour. La région administrée a récemment évalué les retombées sportives en Bretagne à 3,3 % du PIB et l’économie du secteur à 2,8 milliards d’Euros7. Le sport, c’est sympa. Mais c’est aussi pour le pays un enjeu déterminant. Le sport, plus profondément, c’est aussi une des seules façons que l’on a trouvée de se bagarrer pour apporter et construire la paix. Qu’on les ait suivis ou non, des événements comme les Jeux Olympiques sont parmi les seules communions internationales permettant aux peuples de se rencontrer de façon plus ou moins pacifique. Qu’y a-t-il derrière ce mot « sport » ? Qu’y a-t-il derrière les pratiques bretonnes ?

La Bretagne, terre de voile et de glisse

A l’échelle française, les Bretons se singularisent surtout par l’importance des sports « nautiques », notamment pour la voile et la canoé-kayak, à un moindre titre pour le surf car c’est alors le sud-ouest qui est premier. A elle seule et pour 6,9 % de la population française, la Bretagne compte … un tiers des licenciés dans le domaine de la voile. Ce chiffre impressionnant est plus que confirmé pour les autres activités de navigation et de plaisance sur lesquelles ont travaillé différents chercheurs bretons, notamment Ewan Sonnic et Nicolas Bernard qui y ont consacré leurs thèses8.

Cliquez pour agrandir

La sur-représentation est nette sur les cinq départements bretons et la carte serait plus spectaculaire si l’on avait rapporté le nombre de licenciés à la population totale des départements. En effet, le département français du Nord est le plus peuplé de France avec 2,5 millions d’habitants, celui de Paris compte 2,2 millions d’habitants et les Côtes d’Armor ne comptent que 597 085 habitants. Si la voile compte en France environ 200 000 licenciés, plus de 70 000 d’entre eux sont bretons. L’effet vacances joue sans doute un peu car le licencié doit sur le formulaire inscrire tout d’abord son nom, ensuite sa date de naissance et enfin son adresse et code postal. Il est possible qu’une part des licenciés indique alors l’adresse de la maison de vacances. Toutefois, le pourcentage doit être faible puisqu’on voit sur la carte le poids important de l’agglomération parisienne, alors qu’en dehors de quelques lacs il n’y existe géographiquement aucune possibilité de navigation.

Cette particularité bretonne ne permet pas d’être détaillée selon les sports effectués et par exemple de dissocier les activités de « planche à voile », de « kitesurf » ou de « dériveurs » alors que la comparaison avec le littoral du Midi qui compte lui aussi de nombreux pratiquants également jeunes eut été intéressante. A l’inverse, puisque ce sport dispose d’une fédération autonome, on peut aussi cartographier la France du surf.

carte-anamorphose-surf5

Cliquez pour agrandir

Cette fois, ce sont les départements des Landes, des Pyrénées-Orientales avec les Basques et la Gironde qui sont devant. Des Landes à Hendaye, les pratiques du surf sont encouragées dès les années 1960 en se basant sur le succès et le « modèle californien » (voir notamment à ce propos les travaux de J.-P. Raffestin)9. La Fédération française de Surf est initiée à Biarritz en 1964. Le sport compte 1 000 licenciés en 1982, 2000 en 1985, 10 000 en 2011. Il en dénombre aujourd’hui … 20 000, sans oublier, comme pour la voile, les pratiques de tous ceux qui ne sont pas licenciés. Sur la carte, le rôle des conditions climatiques et naturelles est évident puisque la côte Atlantique est bien sûr plus exposée. Cela n’empêche pas des habitants du Limousin ou du Var de s’adonner à cette passion. Mais le calque entre les aménités naturelles et la pratique sportive est impressionnant. Toute la côte Atlantique au sud de Bordeaux dispose de fortes vagues et de sites très réputés qui encouragent ce sport. Dans le détail, on a même d’apparentes corrélations départementales. Autant le Finistère et le Morbihan disposent de nombreux « spots » (La Torche, Quiberon…), autant les Côtes d’Armor et surtout la Loire-Atlantique ont des côtes moins propices (la présence des « contre-flux » lié à l’estuaire de la Loire, des côtes moins exposées). A remarquer aussi sur ce sujet la présence de de la Vendée. On pourrait donc en conclure à une forme de déterminisme sportif. Contrairement à la Savoie, il n’existe évidemment en Bretagne (ou a fortiori en Guadeloupe) qu’une infime minorité de personnes ayant une licence de ski. Si la mer est présente, on aura des marins ou, tout au moins, une forte pratique des sports nautiques.

La réalité est bien plus compliquée. D’un côté, ce déterminisme lié aux conditions naturelles existe. La Bretagne, c’est un tiers du linéaire côtier français et environ 2 000 kilomètres de côtes puisque le littoral est ici très découpé10. Elle offre des sites et points de mouillage très nombreux, de multiples côtes basses et accessibles, des courants, des vents, des conditions très changeantes et parfois musclées, mais pas toujours ce qui permet aussi l’initiation. A noter aussi, comme le montrait dans sa thèse Ewan Sonnic, l’importance des îles et des îlots puisque les gens apprécient psychologiquement le fait d’avoir un horizon, parfois des repères sécurisants ou « de pouvoir faire un aller et retour dans la journée »11. Avec le Royaume-Uni et la Nouvelle-Zélande, la Bretagne est un des territoires au monde les plus propices à la pratique de la voile. Le Sud-Est de la France et le Nord-Pas-de-Calais sont aussi très bien placés, sans doute parmi les lieux mondiaux où l’on pratique le plus la voile12.

Cela dit, tout n’est pas bien sûr affaire de déterminisme géographique, d’autant que le vent trop fort, les marées pour les dériveurs ou la pluie ne facilitent pas toujours les pratiques. Les Ecossais et surtout depuis le XIXe siècle les Irlandais13, qui disposent pourtant de conditions d’ensemble également favorables, n’ont pas contrairement aux Anglais de grandes traditions nautiques et l’engouement de la jeunesse y est nettement moindre. A l’inverse, pour des raisons culturelles complexes, de grandes puissances (les Etats-Unis, l’Angleterre) ou de petits pays comme les Pays-Bas, le Danemark ou la Nouvelle-Zélande ont de nombreux adeptes. Un pays enclavé comme la Suisse dispose même de grands champions, la présence de pionniers comme Felhman et du lac Léman expliquant en partie cette anomalie14. De manière plus large, on sait que des sports ne nécessitant pas d’investissement sont omniprésents dans certains pays (le rugby en Nouvelle-Zélande, le football au Brésil) et quasiment introuvables dans d’autres (le rugby par exemple, dont la géographie reste très localisée). Le sport est un enjeu géopolitique, de suprématie et surtout de marketing. Ainsi, de lourds financements ont été engagés pour le football aux Etats-Unis, en Chine et en Inde initialement en s’y cassant les dents et en rencontrant des résistances inattendues. Toutefois, le business finit ici par l’emporter et les pratiques ont récemment progressé fortement, y compris en Inde qui semblait le plus rétif15. A l’inverse, pour des raisons éthiques et parfois s’afficher « contre le sport business », on constate aussi le timide progrès –par exemple en Bretagne- de sports alternatifs comme le football gaëlique qui est intransigeant sur les principes de l’amateurisme et impose par exemple de rester dans le même club … tout au long de sa vie. C’est donc très complexe car les sports choisis par les peuples (et notamment sa jeunesse) sont évolutifs et les révèlent. Mais il existe aussi des permanences difficiles à interpréter car elles résistent précisément à des effets de mode. Le sport est associé « à des valeurs d’effort, de dépassement de soi, voire de prise de risques » (A. Moro, T. Ragi). Mais les pratiques peuvent être aussi exercées pour des raisons de simples commodités (un vélo à la maison), pour des raisons médicales, d’appartenance à une communauté ou à un groupe, par simple plaisir, pour des raisons écologiques ou éthiques. Ces usages reflètent d’un côté « l’essence des normes et des valeurs sociales que la société diffuse »16. Mais ils nourrissent en retour des spécificités culturelles dans lesquelles les sociétés se retrouvent (P. Parlebas). Comprendre l’inexistence ou presque de la voile au Bhoutan est donc relativement simple. Savoir pourquoi le tennis de table est autant pratiqué en Chine et la pétanque à Madagascar est un peu plus compliqué.

Dans tous les pays, le cadre naturel joue donc un rôle déterminant mais ce n’est pas le seul. Comme pour le surf initié en Europe dans le pays Basque, la spécificité bretonne s’explique tout d’abord par des raisons historiques. Fondée initialement et dès 1947 par des résistants pour permettre précisément à d’autres résistants de se réinsérer dans la société civile17, l’Ecole des Glénans a joué un rôle fondamental. Le Centre Nautique des Glénans passe de 120 membres en 1947 à 720 stagiaires en 152 et 50 000 en 1975. Il essaime ses écoles de voile, son fameux « cours » et surtout sa philosophie sur toute la Bretagne puis en France : Penfret en 1949, Drenec en 1953, Cigogne en 1957, Paimpol en 1965, Bananec en 1966, Coz Castel et Bonifacio en 1968, l’île d’Arz en 1969, Marseillan en 1970, l’île Verte en 1973… On assiste donc, un peu comme pour le surf, à un processus de diffusion d’une pratique qui s’intensifie et se perfectionne sur place tout en s’étendant. Les vainqueurs des quatre dernières éditions du Vendée Globe, de la Route du Rhum, de la Transat Jacques Vabre, de la solitaire du Figaro (17 vainqueurs en 20 ans) sont tous passés par le Pôle Finistère Course au Large de « Porlaf’ » (Port-la-Forêt). Il n’en fallait pas moins pour que le très drôle navigateur Jean Le Cam y décide la naissance « officielle » de « l’E.N.A de la Voile » tout en reconnaissant qu’il existe… d’autres « Ecoles Nautiques Admirables » à Lorient (la Cité Tabarly), à la Baule (l’espace voile Bruno Peyron), la Trinité, Saint-Quay-Portrieux, etc. Les écoles de voile exercent un rôle considérable pour transmettre cette passion. Un pionnier comme le Nantais Eric Tabarly a exercé une influence déterminante, mais aussi des personnages pour le moins singuliers comme Eugène Riguidel, Olivier de Kersauzon, Philippe Poupon, Marc Pajot, Loïc Peyron, Jean Le Cam, le Quimpérois Roland Jourdain ou son ami Concarnois Michel Desjoyeaux dont le père avait contribué … à la fondation des Glénans. Ces personnalités ont été jusqu’à représenter la Bretagne, parfois la symboliser, faisant par là-même d’autres émules.

On sait que de nombreux Bretons vont en mer car les parents le faisaient ou étaient plus largement pêcheurs et marins. Ce rapport à la mer est parfois viscéral, vital, sacré. Avec le jeu des marées, la mer inspire et respire deux fois par jour. L’histoire de tout le pays est indissociable de cette présence mystérieuse qui cogne deux fois par jour à la porte puis invite à la suivre. Elle est ici belle mais risquée, souvent dangereuse. Tabarly disait que la mer « c’est ce que les gens ont dans le dos quand ils regardent la plage ». C’est peut-être la raison pour la suivre (le mystérieux « appel » du large), voire la défier. Elle est ici permanence, aventure, défi « nostalgie », mélange de joie et de mélancolie, parfois de tristesse. C’est ainsi. En 1914, 90 % des matelots français étaient des Bretons18, notamment de Basse-Bretagne. Aujourd’hui, malgré des emplois évolutifs et un encadrement renforcé à terre, leur rôle reste omniprésent dans la marine nationale (par exemple 10 000 emplois et 50 % des effectifs de la marine nationale sur le seul pôle de Brest). Si le secteur de la pêche a été concerné par un tsunami, 43 % des actifs sont bretons. Aujourd’hui, les jeunes pratiquent toujours davantage alors qu’il faut parfois un peu de cran pour y aller et que ce n’est plus une nécessité, en réalité sans que l’on sache pourquoi. Le sport a ici pris le relais d’activités jadis vitales ou obligatoires. Certains disent que la mer coule dans le sang des Bretons. « Un estren ne gompreno morse petra eo an dour evidomp, an hanter da vihanañ eus hon ene. Ar mor o vont gant pep mare, betek e don ar vro, dre aberioù diniver evit splujañ an douar a-bezh en e aezhennoù »19. Les pratiques ludiques, patrimoniales vont bien au-delà de l’aspect strictement sportif.

N’oublions pas enfin certains leviers économiques, à la fois cause et conséquence de cet engouement. Des sponsors comme Prince de Bretagne misent sur la voile. Des collectivités comme la Région ou le Conseil départemental du Finistère (près de la moitié des subventions sportives du département sont allouées à ce sport) soutiennent clairement le dispositif et proposent parfois autour d’un concept jugé tendance, les « spots nautiques », de nouvelles offres pour encourager les pratiques20. Au final, c’est donc tout un écosystème sportif qui structure la région. Mais le Breton plutôt taiseux évoque peu que la région est statistiquement première pour la pratique de la voile et des sports nautiques, le nombre et l’accueil des classes de mer, les nouvelles immatriculations de navires de plaisance, etc. C’est pourtant surtout dans ce sport qu’elle s’individualise.

Avec la Vendée, qui compte sans jeu de mots de nombreux pratiquants, elle est une des régions au monde les plus passionnées par ce sport. Or, la Vendée a très bien exploité le filon de manière globale, que ce soit pour sa promotion propre (le fameux Vendée Globe) ou dans l’industrie nautique. Dans son ensemble, la France est la première puissance économique mondiale pour le nautisme avec plus de 400 millions d’Euros de chiffre d’affaires annuel et 75 % du marché à l’export, les pratiques se développant notamment dans les pays émergents21. La Vendée est alors industriellement en tête même si Nicolas Bernard dans sa thèse a prouvé également le poids conséquent du secteur en Bretagne, notamment sur la côte sud. Cela dit, il existe ici des réalités nombreuses qui pourraient former davantage système. La région fête les vieux gréements en les contemplant et en les naviguant (Brest-Douarnenez 2016), est le point de départ de courses connues (la Route du Rhum lancée tous les 4 ans à la pointe du Grouin, le trophée Jules Verne dont le départ est Ouessant). Elle est encore lieu de passage incontournable ou occasionnel d’autres courses sportives notoires (la transat Jacques Vabre qui partait de Lorient et prend désormais son départ au Havre, la Volvo Race s’arrêtant en 2014 à Lorient, l’évènement des Tall Ships’ Races pointant en 2006 son nez à Saint-Malo, la solitaire du Figaro…). En raison des savoirs accumulés, elle accueille aussi de nombreux marins qui la choisissent pour s’entraîner ou se former. Vu l’originalité et la diversité d’autres événements (la course de l’EDHEC est un des rassemblements sportifs européens de jeunes les plus importants puisqu’elle rassemble à Roscoff 22 nations et plus de 3 000 étudiants, le Spi Ouest-France qui regroupe à Pâques plus de 3 000 marins, la notoriété grandissante du Tour de Bretagne à la Voile…), elle devrait sans doute s’individualiser plus nettement, d’autant qu’on constate en Bretagne la puissance des autres activités maritimes22 et que l’on sait désormais le rôle du sport en terme d’image et d’innovation. Alors que les pratiques nautiques sont sa grande singularité sportive, elle offre peut-être aujourd’hui en termes de marketing une image moins compacte que celle déployée récemment par la Vendée.

On manque d’études précises permettant de tisser un lien entre le déterminisme géographique et les aspects historiques et culturels. Notons de la même façon l’importance supérieure et impressionnante en Bretagne du canoé-kayak.

carte-anamorphose-canoe-kayak5

Cliquez pour agrandir

Cette pratique est sans doute favorisée par l’importance en Bretagne des rivières praticables, souvent courtes et pentues, la présence aussi d’écoles, d’équipements permanents (la base de Lannion par exemple) ou de centres d’entraînements prestigieux. Toutefois, on retrouve ici aussi un goût renforcé en Bretagne pour des sports de nature, notamment ceux liés à l’eau, en partie car la symbolique de l’eau a toujours été en Bretagne très puissante, peut-être aussi car les conditions s’y prêtent. Pour expliquer l’importance de ces sports et notamment de la voile, certains disent aussi que le Breton, dans son ensemble, aime se mesurer ou être confronté à des éléments naturels. Qu’il apprécie la témérité, l’audace, la ténacité, être dur au mal23, certaines valeurs individuelles ou collectives exprimées par ce qui est devenu un sport. Un point à ne pas négliger est aussi que jadis, il n’avait pas véritablement le choix, que ce soit sur les îles ou dans certains secteurs (le Goëlo par exemple) où le fait de s’engager dans la marine ou d’être marin était quasiment obligé. « L’horizon, c’était forcément la mer » et il fallait y aller, le plus souvent par contrainte. Les premières activités de « plaisance » ne sont prouvées au Pays-Bas qu’à partir du XVIIe siècle. Aujourd’hui, les Bretons en redemandent. Ils poursuivent ces activités par plaisir, par passion ou tradition et défient sans obligation un voisin qui les fascine et est parfois moins commode qu’ailleurs. L’ensemble des facteurs se mêlent et s’associent sans qu’il existe une clé interprétative claire. Cette situation semble encore plus complexe pour le vélo (dossier 2).

(A suivre, volet 2 : La Bretagne, terre de vélo)

Le Comité de rédaction

 

  1. « La cartographie par anamorphose a pour but d’adapter la forme de la carte non pas à la réalité physique mais à la réalité perçue. Cette déformation de l’espace peut être construite par un modèle mathématique (interpolation d’un champ vectoriel selon un modèle gravitaire) à partir de données quantitatives réelles (les temps d’accès ferroviaire de ville à ville par exemple) ». Langlois (P.) et Denain (J.-C.). Cartographie en anamorphose, Cybergeo, 1996.
  2. Les frontières juridiques du « sport » sont très complexes et évolutives. La plupart des usages concernant les deux-roues motorisés nécessitent un permis et la pratique libre du vélo sans casque se maintient. On commence aussi aujourd’hui à légiférer pour de nouveaux usages « piétons » (le Segway, le monocycle électrique Wheel, le skateboard et les patins à roulette par exemple). Vincent Ledoux, député Républicain du Nord, proposait le 8 août de légiférer pour limiter la recherche excessive en marchant des Pokemon… A noter aussi qu’un « permis vélo électrique » est en cours de réalisation en Belgique.
  3. La licence sportive est pour l’INSEE « un acte unilatéral de la fédération sportive qui permet la pratique sportive et la participation aux compétitions, et le cas échéant (selon les statuts de la fédération) la participation au fonctionnement de la fédération. Toute autre forme d’adhésion est considérée comme un autres « titres de participation ». Il y aurait toutefois beaucoup à dire sur la complexité et variété de la législation.
  4. On a ainsi 305 000 licenciés de « sports sous-marins » et certains disent faussement que « c’est le 10e sport le plus pratiqué en France ». C’est évidemment faux puisque, pour des raisons d’assurance et de sécurité, la licence est obligatoire. Il suffit donc de faire un baptême de plongée pour être comptabilisé. A l’inverse, on compte 289 558 licenciés de natation alors que 14 millions de Français disent nager « au moins une fois par an » (38 % de la population). 13 millions de Français disent prendre leur bicyclette au moins une fois par an et l’on compte 120 000 licenciés cyclistes. 30 millions de Français sont amateurs de randonnée et l’on dénombre 223 000 licenciés dont 61,7 % de femmes. Si le football reste le sport n°1 (près de 2 millions de licenciés) et le tennis n°2 (1,1 million de licenciés), on dénombre ainsi environ 300 000 licenciés Français pour la voile (numéro 12 en France) et 376 000 pour le Canoé-Kayak (numéro 9 en France) car ce chiffre rassemble les licences à proprement dit et « les autres titres de participation » qui permettent aux personnes non adhérentes à la fédération d’avoir accès temporaire à certaines activités fédérales (le temps d’une initiation d’une journée ou d’un stage d’une semaine par exemple).
  5. L’usage féminin du vélo est encore impossible dans des pays comme le Yemen ou en Arabie Saoudite (voir par exemple le film Wadjda de la réalisatrice Haifaa Al-Mansour). Les premières bicyclettes en France étaient souvent aussi bénies par le clergé. Pour ceux intéressés globalement par cette question de la place du vélo dans nos sociétés, une première lecture offrant des réflexions et une bibliographie abondante est disponible dans le livre de Héran (F.). Le retour de la bicyclette. Une histoire des déplacements urbains en Europe, de 1817 à 2050, La Découverte, 2015, 256 p.
  6. Voir par exemple : http://www.portail-ie.fr/article/1303/Sport-power-la-strategie-d-influence-du-Qatar
  7. http://www.bretagne.bzh/upload/docs/application/pdf/2015-03/plaquette_economie_du_sport_mars_2015-1.pdf
  8. Bernard (N.). Ports de plaisance et structuration de l’espace littoral finistérien, Thèse, Brest. 1993, Sonnic (E.). La navigation de plaisance : territoires de pratiques et territoires de gestions en Bretagne, Thèse, Rennes 2, 2005. https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00011637/document
  9. Augustin (J.-P). Surf Atlantique, les territoires de l’éphémère, Maison des Sciences de l’Homme, Talence, 1994, 272 p. Sur le concept californien de « surfurbia » appliqué à la côte landaise, voir aussi cet autre article de J.-P. Augustin http://www.persee.fr/doc/rgpso_1276-4930_1998_num_2_1_2687. On peut regarder aussi les analyses de L. Falaix et M. Favory dans le Pays Basque (http://www.persee.fr/doc/rgpso_1276-4930_2002_num_13_1_2785).
  10. Même si l’on sait, suite à la théorie des fractales, que l’on ne peut mesurer avec précision un linéaire littoral, il s’agit ici du pourcentage le plus communément accepté.
  11. Sonnic (E.). La navigation de plaisance : territoires de pratiques et territoires de gestions en Bretagne, Op.cit. https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00011637/document. Ce point joue notamment un rôle important pour les activités de yachting et de plaisance, les circuits nautiques et les distances entre les îles et le continent étant souvent optimales pour aller faire une ballade dans la journée. L’effet des marées sur les pratiques est beaucoup plus complexe et pour lors scientifiquement très peu analysé, alors qu’on sait que cette originalité joue aussi un rôle essentiel soit pour accroitre les pratiques (le surf à marée montante) soit pour les limiter (la difficulté du retour, y compris pour certains pêcheurs amateurs ; la mer jugée « trop loin », etc.).
  12. Il est extrêmement délicat d’avoir des chiffres internationaux du nombre de licenciés. On aurait apparemment 60 000 licenciés aux Etats-Unis http://www.ussailing.org/, mais il faudrait aussi prendre en compte les règles législatives plus ou moins drastiques des différents Etats. Avec ses 200 000 licenciés, il est fort envisageable que la France soit un des premiers sinon le premier pays de « voileux » au monde, ou plus exactement de sportifs nautiques, ce dont on ne parle jamais.
  13. Il existe de nombreux écrits et textes sur le rapport très complexe des Irlandais à la mer. Ne pas oublier par exemple le rôle de la grande famine (1845-1852), de l’exode et des « coffin ships » (bateaux cercueils) avec par exemple plus de 17 000 morts sur 100 000 migrants pour la seule année 1847.
  14. https://www.rts.ch/sport/voile/6859310-voile-la-suisse-un-pays-de-grands-navigateurs.html
  15. Voir par exemple pour l’Inde : http://www.slate.fr/story/91609/inde-sport-business, pour la Chine http://lifestyle.boursorama.com/article/la-chine-nouvel-eldorado-du-football-mondial_a2751/1, pour les Etats-Unis http://www.slate.fr/story/102255/scandale-fifa-etats-unis
  16. Vigne (M.), Dorvillé (C.). Les jeux traditionnels du Nord, entre tradition ludique culturelle et modernité sportive, Sociologos, n°4, 2009, https://socio-logos.revues.org/2332
  17. Voir par exemple http://www.glenans.asso.fr/fr/adherer/retours-aux-sources/historique.html
  18. 96 % des canonniers, 95 % des manœuvriers, 85 % des torpilleurs, 90 % des matelots étaient bretons.
  19. « Un étranger ne comprendra jamais ce qu’est l’eau pour nous, au moins la moitié de notre âme. La mer est omniprésente, rejoint jusqu’au plus profond le pays par ses multiples abers qui l’irrigue comme des veines ». Glandour (M.). Dre inizi ar bed keltiek, Al Liamm, 1991, p. 52.
  20. http://www.bretagne.bzh/jcms/prod_342972/fr/decouvrez-les-spots-nautiques-de-bretagne
  21. http://bercy.blog.lemonde.fr/2012/06/08/la-france-premier-exportateur-mondial-de-voiliers/
  22. Citons entre autres la présence du pôle de compétitivité mondial mer à Brest qui est le premier pôle européen et une région qui compte la moitié des chercheurs français travaillant dans le domaine maritime, l’importance du nombre effectif de marins, les activités militaires ou civiles à Brest, Lorient, Saint-Nazaire pour les croisières, la présence de revues maritimes comme Le Marin ou Le Chasse-Marée, la passion pour le patrimoine maritime, le rôle considérable de la pêche de loisir, l’importance des sports sous-marins et des activités de plongée…
  23. http://bretons.bzh/blog/38-voile-pourquoi-les-bretons-dominent-les-competitions-