La France charcutée, petite histoire du big bang territorial

Publié dans Autres

Absurde, grotesque, irrespectueux. Le « big bang territorial » annoncé comme l’étape décisive de la décentralisation est l’un des pires « big flop » institutionnels. Menée à marche forcée, la réforme territoriale aurait dû
apporter un nouveau souffle aux régions en leur donnant plus de pouvoirs et en réorganisant le millefeuille administratif. Mais le découpage réalisé à
la hache en quelques heures sur le coin d’un bureau de l’Elysée est un ratage sans nom qui n’a suscité que critiques et mécontentements.

Ce livre, à travers une centaine de cartes impertinentes et humoristiques, permet au lecteur de mieux comprendre les enjeux de la réforme territoriale. Resituée dans son contexte historique, la question du
découpage régional peut être abordée de manière dépassionnée et pragmatique, évitant l’éternel combat entre les tenants d’un pouvoir central fort et les défenseurs d’une régionalisation plus poussée.

Le millefeuille, normalement tout le monde aime ça ! Sauf quand il s’agit du millefeuille territorial. Critiqué de toute part, il est remis en cause à chaque mandature. Pourtant, lors du dernier changement de présidence,
rien n’a vraiment bougé. Parce que pour faire évoluer le millefeuille, les solutions ressemblent souvent à une tarte à la crème. Dernière en date : le << big bang territorial >>.

L’Europe, l’État, la région, le département, la commune et, depuis quelques années, la communauté de communes ou d’agglomération et le pays… Voilà, de manière simplifiée, à quoi ressemble l’appareil administratif français.
Cet empilement de strates interroge sur l’efficacité d’un tel système, illisible pour le citoyen et onéreux pour la collectivité.

Alors, arrive la question fatidique : qui est le plus compétent pour gérer les politiques publiques au plus près du citoyen ? Les départements et les 36 000 communes sont trop petits pour être efficaces. Ils mobilisent de nombreux élus et entraînent une importante déperdition de moyens. À l’inverse, le couple région – communautés de communes semble se détacher.
Il permet de réaliser les économies que les collectivités locales devront faire dans les prochaines années. En mutualisant les moyens éparpillés à chaque niveau ce schéma pourrait répondre à l’enjeu de modernisation du système institutionnel français. Toutefois, le millefeuille est difficile à réformer. Quelques élus, notamment départementaux, attachés à leur strapontin font de la résistance.

Au printemps 2014, le gouvernement de Manuel Valls s’attaque au problème. C’est le << big bang >>, la révolution à l’Élysée et à Matignon, la menace de certains députés et sénateurs de << foutre le bordel >>. Comment imaginer
qu’il y aurait eu autant d’effervescence autour d’une simple réforme institutionnelle ?

À son annonce, ce projet a suscité l’enthousiasme. Mais la méthode a rapidement montré ses limites. De nombreux espoirs ont été déçus par une vision technocratique du découpage régional. Les regroupements proposés ont rapidement tourné à la plaisanterie. Pouvait-on imaginer sérieusement une Picardie-Champagne ou un Centre-Poitou-Charentes-Limousin ? La carte, proposée dans la précipitation par l’Élysée et ayant mis au jour les tractations des barons locaux, prenait le problème à l’envers. Il n’y a que la France pour découper les régions sur un coin de table dans un bureau de la capitale. Ailleurs, ce sont les territoires qui décident de leur avenir. Ce grand chambardement autour des régions aurait pourtant été le moment opportun pour se poser les bonnes questions sur la démocratie locale dans son ensemble.
À quand, par exemple, un régime parlementaire ? Pourquoi ne pas envisager le fédéralisme différencié ? Et la transformation du Sénat en Assemblée des régions, la verra-t-on un jour ?

Enfin, si l’on faisait confiance aux territoires, la Bretagne serait réunifiée. Trente-mille personnes ont défilé à Nantes le 27 septembre 2014 pour le réclamer. L’Alsace aurait été érigée en collectivité unique. Un
grand Val-de-Loire aurait vu le jour. Le Nord serait allié à sa soeur picarde…

Sous forme d’atlas, ce petit livre raconte l’histoire du découpage régional et resitue la réforme territoriale actuelle dans son contexte historique et politique. Impertinent et sans détour, il dessine des pistes pour imaginer
de vraies régions cohérentes, aux pouvoirs renforcés et auxquelles les citoyens puissent s’identifier…

La France charcutée, petite histoire du big bang territorial
par Mikael Bodlore-Penlaez, paru chez Coop Breizh

La_France_charcutée_couv

LFC-4-Christaller LFC-5-métropoles-densité LFC-8-barons-PS LFC-9-Fromentin LFC-11-pragmatique-statistiques