Carte du Val de Loire

L’image du Val de Loire plus porteuse que celle des Pays de la Loire

Publié dans Nos voisins

Autour des vignobles et des châteaux, le terme de Val de Loire dispose d’une image exceptionnelle et est classé comme patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco depuis le 30 janvier 2000. L’inscription concerne spécifiquement le périmètre situé en général entre les deux coteaux le bordant de Sully-sur-Loire (45) à Chalonnes-sur-Loire (49) sur une longueur de 280 km et près de 800 km². C’est donc l’union de l’actuelle région Centre et de la région Pays de la Loire allant jusqu’au Maine et Loire qui a été retenu par cette organisation internationale. D’ores et déjà des sites http://www.valdeloire.org/ en font la promotion et sur le site de l’INPI (le site de la protection des marques) plus d’entreprises choisissent le mot Val de Loire que Pays de la Loire. Cette sur-représentation est une anomalie. En effet, des dizaines de millions ont été dépensés en vain aux frais des contribuables pour faire l’apologie d’une région « Pays de la Loire ». Or, cette dernière reste quelque peu factice puisque la dernière enquête de LVH a démontré qu’elle était en France celle dont se prévalait le moins ses habitants. Une région Val de Loire claire disposant d’un patrimoine fabuleux et il est vrai d’une certaine ambiance – d’une forme de climat – rapprochant les villes de Tours, de Saumur, d’Angers… Une région Bretagne claire (plus de 90 % de sentiment d’appartenance). Une région Normandie claire. Les professionnels et acteurs économiques ont fait leurs choix. Dans la lignée des préconisations géographiques et d’une organisation territoriale cohérente désormais souhaitée par tous (le Comité Balladur, les chefs d’entreprises, les géographes de Normandie, les géographes de Bretagne, les mouvements culturels, le monde économique, les professionnels du tourisme, etc…), il est impératif que le gouvernement actuel officialise ces appellations de bon sens pour créer des régions fortes et complémentaires à l’Ouest de la France.

Le comité de rédaction